First job, new life ! Tomes 1 et 2

Le manga du vendredi #8

Hello,

on se retrouve pour cette 8ème chronique manga du vendredi avec une lecture coup de coeur. J’ai avalé les deux tomes en une après midi attablée devant un thé chai dans un café lorientais. First job, new life a été publié en 2020 par les éditions Big Kana dans la collection Life. J’étais passé complétement à côté lors de sa sortie. C’est à l’occasion de la sortie de New love, new life ! qui se déroule dans la même agence que je découvre cette série en 4 tomes de Nemu Yoko.

Incipit

Le premier jour dans une nouvelle entreprise est sûrement impressionnant pour n’importe qui. On peut être très motivé professionnellement ou espérer rencontrer l’amour au bureau.

First job, new life, T1. Nemu Yoko

C’est l’histoire de …

Tama, toute jeune fille, à peine sortie de ses études qui décroche son premier job à l’issue d’un entretien d’embauche improbable dans une agence graphique spécialisée dans le Pachinko, un jeu de billes et d’argent, à mille lieues de son univers.

L’auscultation du Dr Fatale

Premier tome, première rencontre

Tama vient de finir ses études et fait ses débuts dans le monde du travail. Nous faisons sa connaissance alors qu’elle est à un entretien d’embauche avec trois autres candidats. Elle est timide et l’un des postulants semble retenir toute l’attention du recruteur. Ce n’est pas bien grave pour Tama qui n’a nulle intention de travailler dans le domaine de pachinko.

C’est alors que tel un chien dans un jeu de quille, surgit le PDG de l’agence graphique. Lequel recrute immédiatement Tama sur un critère très subjectif : Tama « a un bon regard ».

La voilà recrutée alors qu’elle était loin d’être le premier choix du recruteur. Elle fait donc ses premiers pas et découvre ses nouveaux collègues, le bienveillant Domoto, la pétillante Momoko, le terrifiant Wajima, l’excentrique Taki et le discret Tanabe. Elle expérimente également un rythme de travail effréné et des horaires à rallonge.

Inexpérimentée, elle commet quelques erreurs qui amèneront son responsable à lui proposer un stage dans une salle de Pachinko. Et c’est là qu’entre en scène le sémillant et insolent Miyashita.

Deuxième tome, coup de coeur confirmé

Dans le deuxième tome, Tama alterne ses deux emplois : stagiaire dans un Pachinko le jour, graphiste la nuit. Dans cette agence où les droits du travail sont constamment bafoués, notre héroïne évolue de plus en plus aisément. Elle prend aussi conscience des sentiments qu’elle éprouve pour son chef, Domoto, lequel a une petite amie et a du mal à gérer sa relation tant ses horaires de travail laissent peu de place à sa vie privée.

Elle se rapproche également de Miyashita, jeune homme fort convoité par une des employées du Pachinko.

Les sentiments s’en mêlent et j’adore ma lecture. Je la trouve fraiche, amusante. Le trait est simple, souple et dynamique, redoutablement efficace. Le récit initiatique s’inspire du parcours de la mangaka et reflète les difficultés du monde de travail, des relations professionnelles et sentimentales.

La série correspond parfaitement à la ligne éditoriale de la collection Life avec des thématiques adultes traitées avec beaucoup d’humour et de réalisme. Le récit tend vers l’universalité en mettant en scène une héroïne dans une situation que nous avons tous vécue ou vivront un jour, celle de la recherche d’un premier emploi et une première prise de poste. Tel un rite de passage, le personnage en sort modifié et enrichi de ses expériences nouvelles.

Une héroïne attachante et une autrice peu publiée en France

Comment pourrait-on résister au charme de Tama. Menue, discrète, équipée de lunettes rondes surmontées d’une chevelure en bataille, elle regarde le monde avec droiture et honnêteté. Elle porte sa nature simple sur elle et ne porte que peut d’intérêt à la forme : elle ne fait aucun effort d’habillage, ni de maquillage. Moi j’adore, mais c’est l’occasion de montrer le sexisme du milieu du travail via les nombreuses remarques qu’elle reçoit sur son style (ou plutôt son absence de style).

Ce manga, scénarisé et illustré entre 2009 et 2011, est le spin off de New love, New life ! publié au Japon en 2008 et dont le premier tome est publié en 2022 en France chez Big Kana.

La mangaka est peu connue dans nos contrées. Seules ces deux courtes séries sont traduites et publiées en français. On peut voir une autre facette de son travail dans l’anime Lou et l’île aux sirènes (2017) dont elle a réalisé le character design.

Ils en parlent aussi

Mangado, la voie du manga a consacré une courte vidéo à ce charmant manga :

Blog les blabla de Tachan :

Les deux tomes étant parus en même temps (ce qui était plutôt malin), la chronique des blabla de tachan porte sur les deux premiers volumes. Ce blog est quasiment devenu une de mes références. La blogueuse qui l’anime est sans doute l’une des plus grandes lectrices de manga que je connaisse. Elle nous livre des chroniques détaillées et précises et celle-ci ne manque pas à la règle.

La prescription du Dr Fatale

New love, New life ! trilogie publiée par Big Kana dans la collection life à partir de 2022. L’intrigue se déroule avant l’arrivée de Tama dans l’agence de graphisme et se concentre sur Momoko.

Je ne l’ai pas encore lu, je vous renvoie vers ces deux blogs pour un avis détaillé:

Qu’est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim? est un manhwa (bande dessinée coréenne) qui m’a procuré un grand plaisir de lecture. Drôle et très divertissant, je rédigerai prochainement une chronique pour vous en parler plus en détail.

A vous !

Avez-vous lu la série First Job, New Life! ? Ou d’autres mangas de la collection Life de Big Kana ? Etes-vous amateur de ces romances dans le milieu du travail ?

Dites-moi tout en commentaires.

Je vous souhaites de bonnes lectures et que l’imagination soit avec vous!

A bientôt pour une nouvelle chronique manga.

2 commentaires

  1. Les collègues de l’héroïne ont l’air de former une équipe plutôt variée et j’aime beaucoup le côté naturel qui semble ressortir de l’héroïne.
    Quant aux thématiques abordées, elles semblent intéressantes…
    J’avoue peu connaître cette collection, mais je devrais m’y pencher, d’autant que je participe à un challenge à partir de mai dans lequel ce titre pourrait s’intégrer.

Laisser un commentaire