Le retour du hiérophante

Deuxième tome de la trilogie des Maitres enlumineurs de Robert Jackson Bennett

Le premier tome de la trilogie, les Maitres enlumineurs a connu un bel accueil de la part des lecteurs et des blogueurs. J’avais moi-même sans savoir pourquoi un a priori très positif sur le livre.

Il s’avère que j’ai effectivement apprécié ma lecture. J’ai aimé la gouaille des personnages, leur irrévérence, les conflits internes sont certains sont porteurs, l’ambiance du roman, mélange de steampunk et de science-fiction, le rythme du récit bourré d’action et la pointe d’humour qui perçait de loin en loin.

Mais allez savoir pourquoi, je n’avais pas chroniqué ce roman. Pas un post instagram, pas un article de blog, rien.

Les Maitres enlumineurs se suffisaient à eux même mais comme c’était une trilogie annoncée, que ça m’avait bien plu et que j’ai décidé de faire preuve d’un peu de rigueur et d’aller au bout des séries (surtout quand elles sont courtes), c’est en toute confiance que je me suis lancée dans la lecture du Retour du Hiérophante de Robert Jackson Bennett publié chez Albin Michel Imaginaire.

Quand j’ai commencé à lire, j’ai eu un choc : Je ne me rappelai pas grand chose du tome précédent. Je me rappelai des personnages principaux, de la première péripétie sur le front de mère et de la rencontre avec Gregor, mais pas beaucoup plus. Même Clef, je l’avais plus ou moins oublié. Je me rappelai vaguement qu’ils avaient libéré une entité à la fin.

Mon deuxième choc, c’est quand j’ai fini par comprendre que le roman ne commençait pas là où s’achevait le précédent mais que l’auteur avait réalisé une grosse ellipse de 3 ans.

Passés ces deux moments de surprise, j’ai retrouvé mes personnages, leur langage fleuri et leur capacité à s’attirer des ennuis.

Mais cette suite m’a moins plu. L’univers m’a paru moins riche car la focale s’est réduite sur des scènes d’actions entrecoupées de dialogues d’explications laborieuses sur le fonctionnement de la « magie » des enluminures. Les personnages m’ont également semblé plus plats. Le méchant est très méchant, par exemple, avec un crescendo vers toujours plus de morts, de destructions. Certaines scènes sont vraiment violentes. A part quelques séquences émouvantes à la fin, je n’ai pas trouvé les personnages très nuancés. Ils sont pourtant bien utilisés mais peut être que ça manque un peu de double intrigue ou de changement de point de vue pour rendre le récit moins linéaire.

Le Retour du Hiérophante n’est pas un mauvais livre mais j’ai trop souvent eu cette impression d’assister à un blockbuster à l’américaine. Et comme souvent au cinéma, le 2 est moins bon que le 1. Le troisième tome sera certainement meilleur.

Le résumé de l’éditeur

Une des quatre maisons marchandes de Tevanne est tombée. Sancia Grado et ses associés ont non seulement changé l’histoire de la cité, mais ils ont aussi créé Interfonderies dans le but de démocratiser l’art magique de l’enluminure. Mais la jeune entreprise a beau accomplir des prouesses, celles-ci ne suffisent pas à la maintenir à flots. Non seulement la concurrence est rude, mais les grandes maisons marchandes de Tevanne sont prêtes à tout pour écraser Sancia et l’idéal qu’elle représente.

Alors que la situation est déjà bien précaire, une ancienne puissance vogue en direction de Tevanne : un hiérophante. Un adversaire qui connaît et maîtrise l’enluminure mieux que personne, qui est en outre très intéressé par Sancia et ses pouvoirs.

Pour survivre à cette menace qui la dépasse et sauver ceux qu’elle aime, la jeune femme devra percer le secret le mieux gardé de l’univers, celui des origines de l’enluminure.

La prescription du Dr Fatale

  • Gagner la Guerre de Jean-Philippe Jaworski. Si Sancia est une voleuse farouchement indépendante, Benvenuto lui est un mercenaire bien décidé à rester en vie. Il parle comme un charretier, jure, ment et magouille pour s’en sortir mais comme il est attachant.

La trilogie reste très originale. J’ai du mal à vous conseiller des oeuvres équivalentes. Je vous invite donc à lire les chroniques du blog Les pipelettes en parlent qui en parlent justement très bien et du blog Au pays des cave trolls pour d’autres point de vue sur les deux romans parus.

Je vous souhaite de belles lectures et que l’imagination soit avec vous!

Laisser un commentaire