Pyramides, de Terry Pratchett: l’antiquité à la crème anglaise

Challenge de lecture: Les annales du Disque-Monde #7

Avec le Disque-Monde, Terry Pratchett livre une œuvre atypique: la création d’un univers qui n’obéit qu’aux lois de la parodie. Et pourtant: Pyramides, le 7ème tome des Annales du Disque-Monde est encore plus atypique.

Dans Pyramides, vous trouverez: un pharaon qui se prend pour une mouette, un grand prêtre charismatique, un maitre embaumeur, des constructeurs de pyramides, des momies et bien sur, des chameaux

Vous saurez tout sur la formation des assassins de la Guilde d’Ankh-Morpork. Vous assisterez même à l’examen final d’un des apprentis. Vous côtoierez les Dieux du Disque, assisterez à l’embaumement d’un pharaon et érigerez la plus grande pyramide que le Disque ait jamais connu.

Vous croiserez des peuples inspirés de la mythologie grecque mais au curieux accent marseillais (j’en ai déduit que Terry Pratchett avait passé quelques vacances dans le sud de la France, mais c’est une pure spéculation de ma part.)

Vous trouverez tout ça et bien plus encore si vous entrez dans Pyramides de Terry Pratchett.

Le résumé de l’éditeur

Assis sur un bloc de pierre, le fantôme du pharaon regardait les deux embaumeurs s’affairer sur sa dépouille. Tout compte fait, on a du mal à se réjouir du spectacle de deux artisans plongés jusqu’aux coudes dans ses entrailles. Quant aux blagues de circonstance…

« Maître Aneth, dit le nouvel apprenti, ce boulot, ça remue les tripes mais qu’est-ce qu’on se boyaute ! »

Car Teppicymon XXVII est mort et son fils va lui succéder. Pas facile d’hériter du trône quand on est encore un ado et qu’on vient d’achever ses études à la Guilde des Assassins…

Vous voilà responsable du lever du soleil comme de l’abondance des récoltes. Et les ennuis vous guettent : vaches grasses, vaches maigres (par 7, bien entendu), sphinx, prêtres fanatiques, crocodiles sacrés et momies vagabondes.

Sans compter que la Grande Pyramide a précipité le royaume dans une faille spatiotemporelle.

pyramides, Terry Pratchett, éditions Atalantes

L’incipit

Des étoiles, rien que des étoiles qui parsèment les ténèbres comme si le Créateur avait mis son pare-brise en miettes et ne s’était pas donné la peine de s’arrêter pour balayer les débris.

Pyramides, Terry Pratchett

Mon avis

Je crois bien que Pyramides est à ce jour l’opus des Annales du Disque-Monde qui m’a le plus amusé. On y passe de Ankh-Morpork la brumeuse à la chaleur du désert. La première partie sur la formation d’assassin de Teppic est un vrai moment de bravoure. On se croirait dans Mission Impossible. Les personnages sont variés, bien campés et les péripéties se succèdent avec bonheur. Ici, Terry Pratchett franchit un cran dans la parodie en détournant les codes de la mythologie égyptienne puis grecque à grands coups de « Peuchères » et de « Pitchoun ».

Et je ne dirai rien de la fin qui est à mon sens la plus réussie des 7 volumes que j’ai lu jusqu’à présent. C’est aussi avec ce 7ème que le talent du traducteur m’a sauté aux yeux. Patrick Coulon a d’ailleurs été récompensé par le Grand Prix de l’imaginaire en 1998 pour l’ensemble de ses traductions des Annales du Disque-Monde.

Un très bon Terry Pratchett qui sent la chaleur du désert et le chameau fâché.

Ma prochaine incursion dans les Annales du Disque-Monde sera « Au guet » qui ouvre le cycle du Guet. Ce cycle est très apprécié des lecteurs de Terry Pratchett et a fait l’objet d’une adaptation en une série de 8 épisodes par la BBC America. Une série dont on a peu entendu parler en France (pas bon signe ça) et qui n’a visiblement pas convaincu le chroniqueur d’Elbakin (encore plus mauvais signe).

Je vous souhaite de bonnes lectures et vous dis à très bientôt pour de nouvelles aventures sur le Disque-Monde.

Que l’imagination soit avec vous!

Laisser un commentaire